SLIDER

On détruit le capiton avec Karin Herzog





On sort tout doucement de l’hiver, même si on ne va pas se plaindre de notre hiver car les températures ont été relativement douces… Et à la fin de l’hiver, on pense un peu aux cures détox mais également aux produits et aux sports qui vont nous aider à rentrer dans notre maillot de bain… Début janvier, j’ai essayé de reprendre le programme sportif Cellublue mais j’ai arrêté car j’avais un emploi du temps un petit peu chargé et donc les soirs, je ne pouvais plus faire les exercices mais je compte reprendre. En attendant, j’utilise des crèmes pour supprimer la cellulite quand je n’utilise pas la Cellublue. Et pour ne rien vous cacher, en ce moment j’ai une flemme… J’utilise donc un autre allié : La crème corps anti-cellulite de chez Karin Herzog qui a été primée aux victoires de la beauté.


La crème pour le corps Silhouette, ce qu’en dit la marque


Un soin amincissant très efficace pour lisser les capitons et remodeler la silhouette. Composé de 4 % d’oxygène actif, il déstocke les amas graisseux, tonifie la peau et combat efficacement la cellulite. Recommandé en application locale, ce soin est la solution pour une peau visiblement plus lisse et plus ferme.
Cette crème :
• Combat la cellulite
• Diminue l'aspect peau d'orange
• Tonifiant et raffermissant



Prix : 62€ disponible ici


Avis de la gazette


Les produits Karin Herzog sont tous composés d’oxygène, et l’oxygène est un élément indispensable à la vie et à la santé de la peau.
Puissant désinfectant, les formules à base d’oxygène actif sont hypoallergéniques, conviennent à tous types de peaux et se passent d’agents conservateurs grâce à l’action assainissante de l’oxygène. Élément totalement naturel, l’oxygène actif est hautement hydratant, il dispose d’une grande affinité avec l’hydrogène et permet de créer des molécules d’eau au sein même de l’épiderme.
Au niveau du packaging, ils sont juste trop beaux et sobres : de couleur noir, très jolis. Le produit est disposé dans un tube classique.




Concernant le produit, il a une texture crème blanche assez épaisse. Je l’applique tous les soirs après la douche en couche fine sur les cuisses car ce sont mes zones à traiter. Et une fois appliqué, on ne fait rien ! le produit agit tout seul… Pas besoin de masser pendant 10-15 minutes ou faire un palper rouler. La marque recommande d’utiliser le produit avec un pinceau… Je ne l’ai pas, j’applique donc le produit avec mes mains. Et la clé du succès de ce produit c’est que l’on sent des crépitements sur la peau… c’est l’oxygène qui agit sur la peau. Bizarrement, sur les cuisses je ne sens pas trop les crépitements mais alors vu que j’applique le produit avec les mains, je sens énormément les picotements sur les mains… Je rince et ça part après.

Pour l’utilisation vous pouvez procéder de deux manières :

  • Appliquez sur la zone en fine couche et laisser pénétrer seul. La marque informe que vous pouvez rincer après si cela vous gêne, mais pour ma part je ne le fais pas. Sinon pour limiter les douches, vous pouvez l’utiliser avant la douche si vous souhaitez vraiment rincer le produit
  • Appliquez sur la zone en fine couche, et enveloppez la zone dans du cellophane puis enfilez un legging ou un pantalon et faites votre vie… Je n’ai personnellement pas encore testé cette méthode car je ne m’en donne pas le temps les soirs, mais je pense que cette méthode est vraiment très bien. Le mieux est de mettre un legging et de faire un peu de sport et de filer à la douche ensuite je pense.

Concernant les résultats, je suis hyper satisfaite, car je trouve que le produit lisse vraiment bien la peau et agit en profondeur sur la peau d’orange. On sent la peau beaucoup plus homogène et plus ferme. On voit les résultats environ 2 semaines après la première utilisation.
Le seul petit bémol c’est qu’en fonction des zones à traiter, le produit peut vite se vider du tube…

Connaissez-vous la marque Karin Herozg ? Comment faites vous pour éliminer votre cellulite en ce moment ?

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

© VENUS MAG • Theme by Maira G.