SLIDER

Le greenwashing ou comment prendre les consommateurs pour des pigeons...


Les produits bios en ce moment on en entend de plus en plus parler… Je ne sais pas si c’est le fait de tenir un blog qui est plutôt axé sur le bio qui me fait dire cela, mais j’ai l’impression qu’il y une réelle prise de conscience de manière générale aujourd’hui (je me trompe peut-être). Cet engouement pour le bio n’est pas très propice pour les marques de cosmétiques conventionnelles … c’est pourquoi il faut faire attention au greenwashing…

Le greenwashing c’est quoi ?

Le mot anglais « greenwashing » est une contraction des mots « green » (vert, écologique) et « brainwashing » (lavage de cerveau). En français, il a été traduit par « écoblanchiment » ou encore par le très joli « verdissage ».
En gros, c’est de la manipulation puisqu’il s’agit d’un procédé de marketing consistant à donner une image écologique et responsable à une marque… alors que non ce n’est pas forcément le cas lorsqu’on regarde de très près la composition des produits. Un utilisateur lambda qui n’est pas passionné par la cosmétologie ou n’est absolument pas sensibilisé par les ingrédients nocifs pour la santé peuvent facilement se faire avoir par les marques qui présentent leurs produits comme étant naturels avec des « produits frais et naturels » grâce à une communication extrêmement bien pensée…

Quelques exemples de Greenwashing


L'ingrédient bio mis en avant

Vous avez certains produits qui vantent les mérites de présence par exemple d’ingrédients bios… « huile d’argan bio », « beurre de karité pur », « aloé vera bio » etc… Certains produits sont effectivement composés d’ingrédients bio mais avec d’autres ingrédients synthétiques qui ne sont pas acceptés par les labels bio. De ce fait le produit en tant que tel n’est absolument pas bio. 

Image extraite du site Lush
Exemple : la crème Celeste de chez Lush…


Crème divine à la vanille selon la marque et en regardant de plus près les ingrédients on trouve :


Zoom sur la composition :

Ce produit contient du Triéthanolamine… Ces substances sont utilisées comme régulateurs de pH, pour adapter celui du produit à celui de la peau et permettre une bonne tolérance cutanée. Il s’agit de composés chimiques organiques (amines tertiaires et trialcool), 100 % synthétiques.
Ils ont la particularité de former, en présence d’agents nitrosants (nitrites, oxydes d’azote…), des nitrosamines, composés cancérogènes. Certes, la législation recommande d’éviter d’introduire dans une même formule ces « précurseurs de nitrosamines » et des agents nitrosants. Et en cas de contamination accidentelle, la réaction de nitrosation ne survient que très lentement. Le risque paraît donc faible, mais tout de même pas totalement absent… La triéthanolamine et ses parents proches sont interdits en cosmétique bio.

Ils contiennent également des parabens avec du Methylparaben et du Propylparaben qui sont responsables de réactions allergiques, suspéctés d’être cancérogènes, et sont probablement des perturbateurs endocriniens. Ils sont interdits en cosmétique bio.
 
Lush vante donc les mérites de produits frais naturels, faits mains. Avec des packagings verts, le mot biologique un peu partoutun consommateur qui ne sait pas lire les listes INCI peut aisément se laisser tenter à dire que les produits LUSH sont des produits bios…

La communication par le "sans"


Depuis qu'il y a eu débat sur les parabens, de plus en plus de packaging sont mentionnés "Sans parabens", "sans silicones", "sans phenoxyethanol" etc... Cela ne veut pas dire que le produit est bio. En effet, il est dépourvu de parabens, mais il faut savoir que le paraben a été remplacé par un autre ingrédient qui est encore plus irritant que son grand frère le paraben : le méthylisothiazolinone. 


Exemple : les shampoing Timotei pure



De plus, le plus souvent quand vous regardez la liste INCI, bien souvent il y a des PEG ou PPG
Par exemple on a la gamme de shampoing de chez Timotei qui a du sortir l’année dernière qui vante le 0% parabens, 0% sulfates, 0% 

Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Sodium Chloride, Camellia Sinensis Leaf Extract, Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, Parfum, Maltodextrin, Disodium EDTA, PPG-12, Citric Acid, Sodium HydroxideSodium Benzoate, Butylphenyl Methylpropional, Geraniol, Hexyl Cinnamal, Limonene, Linalool.

Zoom sur la composition : 

Il ne contient certes pas de silicones, mais il contient des PPG, ce sont les fameux PEG. Ils sont obtenus à partir d'un gaz toxique, très polluant. (hmmm… ca donne envie de se tartiner de gaz toxique). 

De l’EDTA qui est un agent de chélation chimique, il contribue à la stabilité de certains cosmétiques. L’EDTA n’est nocif que lorsque qu’il est ingéré en très grandes quantités. Lui-même traverse difficilement la barrière cutanée, mais il peut favoriser la pénétration d’autres substances. Il irrite fortement les yeux et s’avère très persistant, et donc polluant.

** Il est évident que j’ai donné deux exemples mais que ce ne sont pas les seules marques qui pratique le greenwashing : nous avons Yves Rocher, The Body Shop, The nectar of nature, Corinne de Farme etc etc… car ils sont nombreux.

Quel est le moyen de s’en sortir ?


Si vous n’avez pas envie d’approfondir le sujet de la cosmétologie, faites confiance aux labels bio certifiés dans la sélection de vos produits. Je reviendrai prochainement vers vous pour vous les décrire. 

Le deuxième moyen de s’en sortir c’est la connaissance, il est évident que je ne connais pas par cœur tous les ingrédients néfastes pour la santé. Seulement on peut en repérer quelques uns nous permettant de faire attention avant notre achat. En effet, toutes les marques et notamment les marques de niche n’ont pas la possibilité d’acheter un label bio.

Le troisième moyen consiste à faire la différence entre le bio et le naturel : 
  • Un produit bio ne doit pas contenir de silicones, de PEG, de parabens, de phenoxyéthanol. Ils doivent avoir une composition très stricte.
  • Un produit naturel est un produit pur qui ne contient que le produit pur. Exemple : le beurre de karité pur.

Et vous, dites moi, vous faites vous avoir par le greenwashing ? Faites vous attentions aux ingrédients ou est-ce que cela ne vous intéresse pas ?

6 commentaires

  1. J'avoue que cet engouement pour le bio est spectaculaire ! Je sais que je ne regarde pas vraiment la composition ! C'est peut être un tort mais je sais qu'au moins je ne serais pas "trompé" !
    En tout cas merci pour cet article !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très vigilante et même si je ne connais pas non plus tous les ingrédients nocifs j'en connais certains et j'évite de toute façon les produits de supermarché...
    Par contre même à l'intérieur des produits de marque bio, certains compositions laissent à désirer par exemple pour les shampoings il me semble que les ALS et les SLS ne sont pas interdits pourtant on sait qu'ils ne sont pas top non plus...enfin du moins pour nos cuirs chevelus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je vais faire un point sur les labels bio et en effet, les labels autorisent les ALS même s'ils ont un pouvoir irritant. Actuellement j'ai notamment un nettoyant qui en contient et il est bio, si je vois qu'il m'irrite trop je l'arrêterai. J'en parlerai dans quelques temps. Bises

      Supprimer
  3. J'avoue, ça me rend folle ces marques qui font croire aux gens qu'elles sont bio. Et après, on entend "Ah mais Lush c'est super bio ! Ah mais Ren, c'est super bio".
    Et tu as raison, même certains labels bio comme Cosmebio utilisent des sulfates.
    Rien n'a plus que de sens... Hormis, Nature et Progrès pour le moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me suis encore pas penchée de près sur la marque REN il faut que je regarde mais je suis d'accord avec toi pour Lush... Tu trouves beaucoup de produits Nature et progrès? Bises

      Supprimer

© VENUS MAG • Theme by Maira G.